Avis sur...
Films

Nom : Le prince d'Egypte

Titre original : The prince of Egypt

Réalisation : Brenda Chapman, Steve Hickner, Simon Wells

Scénario : Philip LaZebnik

Année de sortie : 1998

Distribution : Dreamworks animation

Type : film d’animation sur une histoire de la Bible

Résumé : « Découvrez l’histoire extraordinaire de Ramsès, né de sang royal, et de Moïse, orphelin au passé secret. Élevés comme deux frères, ils partagent une jeunesse dorée, pleine de fougue et de défis. Mais le destin va les séparer brutalement. L’un deviendra pharaon, régnant sur l’empire le plus puissant du monde, et l’autre sera l’élu chargé de libérer son peuple. Leur confrontation changera à jamais leur vue et l’histoire de l’humanité. »

1 egypte.jpg
2 egypte.jpg

Mon avis sur ce film :

Alala ! qui n’a pas vu au moins une fois cet incontournable chez les chrétiens ?! Nostalgiques, cette critique est pour vous ! Même si certains ont dû le voir et le revoir (et le revoir encore !) quand ils étaient jeunes, et qu’ils le connaissent (quasiment) sur le bout des doigts, penchons, ou repenchons-nous sur « Le prince d’Égypte, avec un avis plus critique 

Même d’un point de vue purement technique, ce film d’animation reste très bon ! Les dessins sont remarquables, un mélange de réalisme (des anthropologues, des historiens, et des archéologues ont été consultés pour que le design soit « scientifiquement valide ») et d’art (les décors sont magnifiques les personnages sont expressifs, etc…) !

3 egypte.jpg

Je trouve personnellement le mélange d’animation 2D et 3D très harmonieux, et c’est à peine si on remarque les deux techniques.

Toute la bande-son (dont les chansons originales sont écrites par Stephen Schwartz, et la musique par Hans Zimmer) est géniale, et transmet à merveille les différentes émotions qui se dégagent de chaque scène (« When you belive » de Whitney Houston et Mariah Carey a d’ailleurs remporté l’Oscar de la Meilleure Musique Originale).

Bref, tout ça pour dire que vos yeux et vos oreilles trouveront sans aucun doute leur bonheur dans ce film ! Mais qu’en est-il du film en tant que scénario ?

Sans surprises, les studios Dreamworks ont pris quelques libertés artistiques par rapport au récit de l’Exode (c’est même spécifié avant le début du film). Mais, et c’est très appréciable, il y a malgré tout un respect de l’histoire biblique qui se sent !

En fait, la majorité des différences entre la Bible et le film sont dues au fait que « Le prince d’Égypte » se centre plus sur Moïse et ce qu’il aurait pu laisser derrière lui en quittant l’Égypte (en l’occurrence un frère).

4 egypte.png

Cette relation n’est mentionnée nulle part dans la Bible ; il faut donc l’inventer et faire en sorte que le conflit central du film tourne autour de ces deux personnages, Moïse et Ramsès. Il y a donc un côté « psychologique » bien marqué chez ces deux personnages en particulier : d’un côté Ramsès qui, même s’il a appris à être le successeur de son père, aimerait que la relation entre son frère et lui ne change pas ; et de l’autre Moïse, déchiré entre le pays de son enfance, de ses souvenirs, et son frère, qu’il aime sincèrement, et l’intérêt de son peuple et la mission que Dieu lui a confiée. On voit aussi, durant la première partie du film, toute la crise d’identité que ce dernier traverse.

5 egypte.jpg

Répétons-le, ce film est inspiré de l’histoire de Moïse, et ne remplace donc pas la lecture de l’originale dans la Bible !! D’ailleurs, je recommanderai de lire en premier la vraie histoire, et ensuite de visionner ce film ; autrement, on peut facilement se retrouver à croire dur comme fer des choses fausses (!) ! Mais si on est au clair avec le « vrai » Moïse, alors regarder ce film devient une partie de plaisir !

 

En fait, la vraie question qu’on devrait se poser par rapport au « Prince d’Égypte », c’est : est-ce que les éléments essentiels de l’histoire de Moïse y sont présents, de façon à ce que le message central de cette histoire soit conservé ?

Personnellement, je crois que oui ! Moïse, c’est pour moi l’histoire d’un prince égyptien, qui a accepté de renoncer à un avenir somptueux et un règne glorieux sur l’empire le plus puissant de l’époque, pour répondre à l’appel de Dieu, renoncer à ses ambitions et conduire Son peuple en terre promise ! Et tous ces éléments sont présents dans le film de Dreamworks ; même s’ils ne sont pas présentés exactement de la même façon que dans la Bible, on retrouve tout ce conflit entre les séductions d’un grand empire et l’appel du Dieu vivant, avec le choix de Moïse face à ces deux options. À mon sens donc, même si les plus jeunes enfants ne saisiront pas tout ça, les jeunes le peuvent déjà, et les adultes encore plus !

 

Mon avis final sur « le Prince d’Égypte » donc ? Une façon divertissante et prenante de se rappeler l’histoire de Moïse.

6 egypte.jpg

Eh bien voilà ! à part le recommander pour les enfants (même si les jeunes et les adultes peuvent parfaitement l’apprécier !), je ne vois pas quoi ajouter de plus !

Si cet Avis sur vous a donné envie de le revoir, eh bien faites-vous plaisir (canapé, coussins & boisson fraîche !) ! Et si vous ne connaissiez pas ce film mais que maintenant vous brûlez d’envie de le regarder, vous pouvez le trouver sur des sites de streaming ou l’acheter sur internet. (et pour les mélomanes, vous pouvez aussi acheter le CD de la bande-son)

Pousse de Bambou
8338d6b5dd68c7ac1ca2d3e05a599c76.jpg
 
 

Nom : Dieu n'est pas mort - Révision 2022 partie 3

Dans cette petite « mise à jour », pour éviter de s’éparpiller (enfin, pour éviter que JE m’éparpille !) et pour bien clarifier les points que je veux aborder, exceptionnellement, je vais faire un petit sommaire ; ainsi, nous allons voir :

  1. Mon petit problème avec la forme de ce film

  2. Jeffrey Radisson, ou le prof de philo frustré

  3. Leçon IMPORTANTE ET TRES ACTUELLE… tirée d’une voiture en panne !

 

Deuxième partie :

Cette section sera basée sur un incident qui arrive à deux amis (dont au moins un est pasteur). Pour une raison inconnue, ces deux adultes, qui ont certainement dépassé la quarantaine, ont décidé de passer une journée à Disneyland (je rigole c’est pour accompagner la fille d’un des gars ! Quoi ?! Vous pensiez sérieusement qu’ils y allaient pour le plaisir ?!?). Bref, je titille les fans de Disney, c’est une blague, tout ça pour dire qu’ils chargent leurs bagages, ouvrent le contact… et ça en reste là, parce que la voiture a décidé de ne pas démarrer (et le pire, c’est que c’est la même chose qui se produit quand ils essayent d’en louer une !) ! Je passerai un incident qui arrive après et qui y est directement lié (même s’il est important lui aussi, puisqu’il nous rappelle que « toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu » (romains 8 : 28), même les désagréables !), pour arriver à celui qui m’intéresse : celui où ils ont enfin reçu une autre voiture.

L’un des deux hommes (on va l’appeler Le blond) a beaucoup d’hésitations, étant donné que c’est la troisième voiture qu’ils testent, et que cela fait deux jours qu’ils auraient dû partir. Mais le second (lui, ça sera Le brun) a décidé de faire confiance à Dieu : il Lui demande donc de faire marcher cette voiture, pour qu’ils puissent partir. Le blond s’apprête à entrer dans la voiture pour effectivement voir si elle marche ou pas, mais Le brun le coupe tout de suite dans son élan, en lui disant : « Non ! D’abord, on met les bagages dans la voiture ! (Comme ça, Dieu verra qu’on lui fait confiance) ». Et après, il ajoute que les chrétiens passent leur temps à parler de la foi, mais que si concrètement ils ne peuvent pas faire confiance à Dieu pour affaire de voiture, c’est un peu incohérent (en gros, j’ai pas recopié mot pour mot sa réplique non plus).

 

Eh bien ! je crois que tout a été dit ! Le brun soulève un problème important dans le christianisme en général, et qui nous concerne également en tant qu’adventistes : le manque de foi dans la Parole de Dieu (*cris d’indignation, appel aux pasteurs, radiations de l’église*).

BIEN SUR, on croit en ce que dit la Bible, notre religion est entièrement basée dessus ! Ce que je veux dire, c’est qu’on a souvent ce réflexe « d’adapter » les miracles des temps de la Bible à aujourd’hui, ce qui nous amène à penser que toutes ces choses que Dieu faisait avant ne sont plus possible de nos jours ! On se met alors à soupirer, à se dire que ça devait être extraordinaire avant, quand 3000 personnes se faisaient baptiser le même jour, quand Dieu pouvait carrément stopper le soleil et la lune pour accorder la victoire à son peuple, quand l’ombre seule des disciples, par la puissance de Dieu, pouvait guérir les maladies, etc… C’est encore pire quand c’est des « Histoires vraies » ou bien des rapports missionnaires, parce que c’est plus proche de nous ! On se demande ce qui nous manque, ce qu’on a « fait de mal » pour que rien de tout ça ne nous arrive…

Et je fais tout de suite un lien avec un livre que j’ai déjà commenté et que je suis en train de relire : « Oser demander plus » de Melody Mason. L’un des messages centraux de son ouvrage est que ce Dieu, qui a ouvert la Mer Rouge en deux, qui a arrêté la course du Soleil et de la Lune, qui a délivré avec 300 hommes tout le peuple d’Israël de la domination des Madianites, n’a pas changé. La même puissance est à notre disposition. En fait, c’est nous qui avons changé.

« Si nous prenons le temps de parcourir les histoires des prières trouvées dans la Bible, nous découvrirons un fil conducteur étonnant. Lorsque le peuple de Dieu priait, il répondait presque toujours par l’affirmative. Ce n’est qu’à de rares occasions qu’Il a dit non. Aujourd’hui, dans l’Eglise, il semble que l’approbation de Dieu soit l’exception et non la règle. Si Dieu dit « oui » à une prière, on s’enthousiasme tant qu’on en reparle pendant des semaines, voire des mois, parce que c’est si rare et si spécial ! Si Dieu disait « oui » si souvent aux époques de la Bible, qu’est-ce qui a changé aujourd’hui ?

Une grande part de ce problème aujourd’hui, c’est que nous approchons la Parole de Dieu avec le doute. Il se peut que nous nous disions : « On ne peut pas prendre ces histoires de la Bible trop au sérieux parce que c’était des époques bibliques, tandis que maintenant, c’est différent. Dieu ne pourrait certainement pas faire de même aujourd’hui. » Alors, nous révisons les Ecritures et les filtrons à travers notre réflexion contemporaine.

Dieu a-t-il changé ? Non, bien sûr que non. Il ne change pas. Sa Parole est tout aussi vraie aujourd’hui que lorsque ces évènements merveilleux se sont produits. Le Dieu qui répondait à la prière aux époques bibliques est le même aujourd’hui ! » - page 44-45

Je vous laisse donc cette réflexion en guise de conclusion à cet ajout (qui est déjà assez long comme ça !). J’espère que ces quelques petits commentaires vous ont donné envie de voir, ou de revoir ce film. Et si jamais vous avez vos propres petites pépites cinématographiques, n’hésitez pas à les proposer en commentaires : peut-être qu’un jour, sur votre suggestion, un Avis sur les mettra à l’honneur… 😉 !

Pousse de Bambou
8338d6b5dd68c7ac1ca2d3e05a599c76.jpg

Nom : Dieu n'est pas mort - Révision 2022 partie 2

Dans cette petite « mise à jour », pour éviter de s’éparpiller (enfin, pour éviter que JE m’éparpille !) et pour bien clarifier les points que je veux aborder, exceptionnellement, je vais faire un petit sommaire ; ainsi, nous allons voir :

  1. Mon petit problème avec la forme de ce film

  2. Jeffrey Radisson, ou le prof de philo frustré

  3. Leçon IMPORTANTE ET TRES ACTUELLE… tirée d’une voiture en panne !

 

Deuxième partie :

Ce qui m’amène à ma seconde partie : ce prof est un vrai frustré !! (je sais pas si c’est le terme le plus adapté, mais j’ai pas trouvé mieux !) J’avais pas réalisé à quel point dans ma critique précédente, mais du coup ça a considérablement changé la façon dont je l’ai vu !

Je veux dire, la première chose qu’il fait lors de son cours d’introduction à la philosophie, c’est de faire écrire par tous ses élèves « Dieu est mort » sur une feuille qu’il leur demande de signer ! Waouh. On parle bien du premier cours de l’année !

Alors je sais, le principe de la laïcité n’est pas le même en France qu’aux Etats-Unis, d’ailleurs ils ont la Bible dans leur Constitution je crois, et tout et tout ; mais enfin, pardonnez-moi si je me trompe, mais il me semble que le principe même de la philosophie, peut importe le pays dans lequel on se trouve (sauf si c’est une dictature, là ok peut-être, mais bon les USA c’est pas une dictature donc bref !), c’est qu’il n’y a pas de vérité absolue, donc que chacun a raison, qu’il n’y a pas de point de vue meilleur qu’un autre, et qu’on peut donc tous l’exprimer librement, en respectant celui des autres, sans chercher à convaincre, mais à écouter, et à tirer de l’avis de chacun ce qui nous semble bon, pour construire sa propre vérité.

On ne va pas rentrer dans un débat philosophique, là n’est pas le but, mais c’est pour vous montrer à quel point ce prof a un problème avec Dieu spécifiquement, au point qu’il veut s’assurer que tous ceux qui entrent dans sa salle soient convaincus de son point de vue, même s’il viole un principe important de sa propre matière ; et il va jusqu’à accorder exprès 20 minutes de son propre cours au seul élève qui n’y a pas adhéré pour le ridiculiser et bien montrer à tous ses élèves à quel point croire en Dieu est totalement stupide (même s’il fait perdre du temps à sa classe et qu’il prend du retard sur son programme).

En fait, comme il l’avait dit dans la citation que j’avais utilisé dans mon ancienne critique, il hait profondément Dieu. Mais perso je pense qu’on ne peut pas haïr Dieu sans avoir eu un problème avec Lui avant. Je sais pas si c’est une vérité absolue, en tout cas, pour Radisson, c’est exactement ça : il a perdu sa mère à 12 ans, malgré le fait qu’il ait ardemment prié Dieu pour sa guérison.

 

Mais sa mère, elle, était chrétienne, et l’a été jusqu’au bout ; et je pense que c’est là ce qui le perturbe. Parce que s’il passe son temps à clamer haut et fort que Dieu n’existe pas, est-ce que ça ne serait pas pour s’en convaincre lui-même ?... (« Pourquoi détestez-vous Dieu, s’Il n’existe pas… ? ») Le pire dans tout ça, c’est que sa compagne est chrétienne !!! Alors soit c’est un maso, soit l’amour le rend stupide, soit… soit ça pourrait prouver que cet homme n’est pas aussi « radical » qu’il aimerait le faire croire. On sent qu’il est en conflit avec Dieu, et que quelque part, il cherche une réponse à ce conflit : ça expliquerait peut-être pourquoi, malgré la haine qu’il éprouve pour Dieu, il soit en couple avec une chrétienne, et d’autres petites choses…

Alors attention, je reste sur mon ancienne position, à savoir que je trouve la dernière scène de Radisson un peu invraisemblable. Mais disons que je ne la trouve plus « tirée de nulle part », on voit qu’il y a eu un conflit avant.

Pourquoi je continue de la trouver invraisemblable alors ? Je ne vais pas développer pour ne pas surcharger cet ajout (qui est déjà super long désolééééé (_ _ ;) !), mais de ce que le film laissait voir/comprendre, il n’était tout simplement pas au stade où il pouvait prendre cette décision. Je ne l’avais pas précisé, mais ce prof a son accident quelques heures après ce fameux cours où il a ouvertement avoué sa haine pour Dieu, et où Josh a « réussi » à prouver que Dieu n’est pas mort. Je suis désolée, mais dans l’état dans lequel il était (il était pensif sur son bureau, en train de relire les feuilles « Dieu est mort » et la dernière lettre de sa mère), je pense qu’il lui fallait plutôt une rencontre avec un pasteur/des chrétiens lambda, une vidéo qui explique un point théologique qui correspond à ce qu’il a vécu (la souffrance, la mort, etc…). Parce qu’à ce stade, même s’il semblait plus « ouvert », il était toujours en conflit, et il lui aurait fallu des réponses pour pouvoir mettre un terme à ce conflit.

Pour accepter Jésus comme Sauveur, il faut qu’on en ressente le besoin ! Eh bien passer de « Je déteste Dieu ! Je ne ressens pour lui que de la haine » à :

  1. J’ai conscience de mes péchés : je reconnais que je suis un pécheur, et que tous sont pécheurs comme moi, donc qu’ils n’ont aucune solution à m’apporter

  2. Je reconnais que Jésus est la seule solution à l’état de péché dans lequel je suis, et que c’est par ses mérites seulement que je peux être sauvé

  3. J’accepte le don de grâce que m’accorde Dieu par l’intermédiaire du sacrifice de Jésu

en quelques heures, pour moi c’est tiré par les cheveux. On n’a même pas eu les deux premières étapes !!

 

Bon bref ! disons que sans trouver plus plausible cette fin, je comprends mieux d’où elle sort.

(et je me suis cassé le cerveau à tenter de comprendre ce Radisson, c’est devenu mon perso préféré il est trop complexe pour moi !!!!)  

Pousse de Bambou
8338d6b5dd68c7ac1ca2d3e05a599c76.jpg

Nom : Dieu n'est pas mort - Révision 2022 partie 1

Vous pensez que tout a déjà été dit sur ce film et que cet ajout est superflu ? Détrompez-vous ! on peut encore tirer des petites (voire des grandes) choses de ce film (d’autant plus que ma critique a été faite plusieurs semaines au moins après mon premier visionnage, alors qu’au moment de cet ajout, je viens de le regarder, donc c’est tout frais !) !

Allez, let’s go !!

P.S. : si tu n’as pas encore lu ma critique _number one_ sur ce film, tu sais ce qu’il te reste à faire \(^_*) 

P.S. 2 : je vous rassure tout de suite, étant donné que c’est juste une « remise à jour » de ma précédente critique et pas un Avis sur à part entière, vous n’allez pas vous retrouver avec un énième pavé comme je sais si bien les faire (enfin, normalement (^^ ;)… !)

 

Dans cette petite « mise à jour », pour éviter de s’éparpiller (enfin, pour éviter que JE m’éparpille !) et pour bien clarifier les points que je veux aborder, exceptionnellement, je vais faire un petit sommaire ; ainsi, nous allons voir :

  1. Mon petit problème avec la forme de ce film

  2. Jeffrey Radisson, ou le prof de philo frustré

  3. Leçon IMPORTANTE ET TRES ACTUELLE… tirée d’une voiture en panne !

 

Première partie :

(je rêve ou Pousse de Bambou trouve un problème à ce film, non mais ALLO QUOI !!)

Oui je sais, ça fait limite prétentieux de trouver quelque chose de négatif à dire sur un film qui est assez connu et apprécié (d’autant plus que j’en ai dit du bien dans ma première critique). Mais en fait, j’y ai juste pensé trèèès longtemps après, parce que c’est un problème qui sait parfois se faire oublier, mais qui me titille quand même à cause de ce qu’il insinue.

Je m’explique :

- et ceux qui n’ont toujours pas vu ce film depuis ma dernière critique, eh bah écoutez, vous pouvez repartir, parce que je vais bien rentrer dans les détails pour expliquer mon point de vue (sauf si vous assumez le fait de vous faire spoiler en bonne et due forme ce film ; si c’est le cas on poursuit !) 

Je ne l’ai peut-être pas assez explicité lors de ma critique précédente, mais toute cette démarche entreprise par Josh se passe dans le cadre d’un cours de philosophie, parce que son prof lui a demandé d’appuyer la thèse selon laquelle « Dieu n’est pas mort », lui-même étant convaincu du contraire. Et tout au long du temps qui lui est accordé, Josh, à l’aide de citations de grands scientifiques et philosophes et de versets bibliques, va tenter de prouver à sa classe qu’effectivement, « Dieu n’est pas mort ».

Désolé, mais là j’ai déjà un petit, ou plutôt un gros problème : on ne peut pas prouver que Dieu existe, tout simplement parce que croire en Dieu relève de la foi et pas de la raison !

(si vous voulez vraiment approfondir, voyez ou revoyez Hébreux 11, et vous observerez à quel point les actions qui y sont décrites sont soit absurdes, soit totalement impossibles, et que seule la foi les justifie ou les rend possibles).

Là, ça donne un peu l’impression qu’on assiste à une discussion houleuse (ou une battle de croyance, si vous préférez), où chacun essaye de prouver à l’autre qu’il a tort. Ce qui n’est pas bon du tout, puisque notre rôle dans la mission est d’annoncer l’Evangile, mais c’est le Saint-Esprit seul qui peut convaincre le cœur. 

Cela dit, si je disais que c’est un problème qui sait se faire oublier, c’est parce que cette impression ne revient que très peu de fois : l’exposé de Josh est plutôt bien fait ! Il aborde un thème, apporte le point de vue scientifique/philosophique sur ce thème, puis montre les limites de ces points de vue, pour conclure par le point de vue Biblique, par forcément pour montrer que la science est nulle, mais plutôt que « ça n’est pas absurde de croire en la Bible » (il disait plus ou moins ça à un moment donné du film). Dans ces moments-là, il est totalement dans une démarche philosophique, respectueuse de son avis et de celui des autres ! Le problème vient en fait surtout du prof…

(maintenant, je dis ça, mais Josh m’énerve aussi, toutes les 5 minutes il regarde discrétos le prof pendant qu’il parle, il le prend en exemple pour représenter le point de vue athée, non mais STOP là !! Le deal c’était tu parles à la salle, pas à ton prof ! C’est pas un combat entre lui et toi, c’est même pas un combat du tout, alors calme ta joie deux minutes mon coco (-_-) !!)

(Pardon vous n’avez rien entend… euh, rien lu (_ _ ;) !!)

Pousse de Bambou
8338d6b5dd68c7ac1ca2d3e05a599c76.jpg
 
 

Titre : Dis-le au monde

Production : Conférence générale de l'église Adventiste du septième jour

Sortie : 22 octobre 2016

Mon avis sur ce film:

Il s'agit du premier film officiel sorti par l'église adventiste. Il évoque sa naissance et ses débuts, et nous invite ainsi à voir comment Dieu a guidé son peuple pour que nous soyons là aujourd'hui. La leçon à tirer de ce film a été donné par Jésus plusieurs siècles en arrière : 

Ne vous inquiétez donc pas du lendemain; car le lendemain aura soin de lui-même. A chaque jour suffit sa peine. Matthieu 6:34

 

Cette date de sortie n’a pas été choisie au hasard : le 22 octobre 1844, quelques croyants avaient espéré de tout leur cœur voir leur Sauveur apparaître. Mais à minuit, quelle cruelle et terrible désillusion de constater que Jésus n’était pas revenu. Cet événement, ainsi que bien d’autres, est retracé dans ce film. Vous y croiserez ainsi William Miller, le capitaine Joseph Bates, Hiram Edson, Uriah Smith, Ellen et James White dans leur ministère ainsi que dans leur histoire personnelle, et quelques autres pionniers dont nous connaissons parfois les noms mais moins l’histoire.

 

Je vous invite vivement à regarder ce film qui est visible sur le site officiel dans une présentation par épisode : telltheworldmovie.org/watch/

 

Ou encore, en version intégrale sur YouTube :

https://www.youtube.com/watch?v=A7hS9NJnhmU&list=PL-k2Gb-DBYo-Ba2CcYOXqiovXSw28t_MD&index=7

Gousse de vanille
Gousse de vanille.png
 

Titre : Les 10 commandements
Titre Original : The Ten Commandements

Réalisation : Cecil B. DeMile

Scénario : Frédéric M.Frank

Acteurs principaux : Charlton Heston, Yul Brynner, Anne Baxter

Résumé : Le film des 10 commandements, sorti en 1956, initialement en anglais sous le titre « The Ten Commandments”, est un film qui a été inspiré de l’histoire de Moïse, de sa naissance jusqu’à l’arrivée du peuple d’Israel dans le désert.

C’est un film d’une durée de 3h40, ce qui est relativement très long, surtout que c’est un film d’une excellente qualité, surtout dans la période des années 50 !

Par exemple lors de la première plaie, de la transformation de l’eau en sang, le changement de couleur est très bien réussi. Aussi, les pyramides que les esclaves construisaient rendent bien compte de la somptuosité de celles-ci.

Dans ce film, on entre vraiment dans la peau des personnages, surtout des Israélites quand ils sont esclaves, car on ressent vraiment la cruauté des Égyptiens envers eux.

 

Je croie que c'en est tout pour la présentation du film :)

WhatsApp Image 2021-07-29 at 19.29.25.jpeg

Mon avis sur ce Film:

Ce que j'ai apprécié dans ce film :

  • Une très grande qualité visuelle

  • Un scénario dans son ensemble fidèle au texte de la Bible

  • Des acteurs très naturels, peu importe le rôle

  • Les musiques de fond sont MAGNIFIQUES !!!

  • Des effets spéciaux époustouflants

Ce que j'ai moins apprécié :

  • Parfois beaucoup d'animosité chez le Roi Pharaon

  • Des scènes sensuelles pas très adaptées pour les moins jeunes

  • Des scènes supplémentaires qui ne sont pas mentionnées dans la Bible

WhatsApp Image 2021-07-29 at 19.29.25 (1).jpeg

Au final, je recommande vraiment ce film, qui est simple à regarder, et très accessible pour les non-croyants qui voudraient commencer à se familiariser avec la Bible et les histoires qu’elle contient.

Vous pouvez le regarder sur les sites de streaming gratuit ou encore l’acheter en ligne !

 

A bientôt ! :)

Fleur des îles
fleur des iles final_edited.png
 

Titre : Dieu n'est pas mort
Titre original : God's not dead

Mon avis sur ce film :

Attention, pour ceux qui n’auraient pas encore vu le film, certaines scènes vont être révélées (mais ne vous inquiétez pas, je vous préviendrai (-  , *)/ !). 

Comme un film comporte plusieurs aspects, je vais d’abord parler très rapidement de tout le côté technique de « Dieu n’est pas mort », et ensuite je commenterai l’histoire et le message que ce film veut faire passer.

Réalisation: Harold Cronk

Scénario: Cary Solomon et Chuck Konzelman

Acteurs principaux: Kevin Sorbo, Shane Harper et Dean Cain

Année de sortie : 2014

Distribution : Saje distribution

Société de production: Pure Flix

Type: film chrétien

Résumé:

« Le professeur de philosophie Radisson, citant de nombreux grands auteurs, demande à ses étudiants d’attester par écrit que Dieu est mort. L’un d’entre eux, Josh, s’y refuse. Son professeur le met alors au défi de prouver le contraire à lui et à ses camarades. Un défi qui ne sera pas sans conséquences… »

84890_dieu-n-est-pas-mort-cinema-film-go

La qualité audio et visuelle de ce film est juste GENIALE !! Je n’ai pas vu beaucoup de film chrétiens avec de belles prises, alors ça été vraiment un pur plaisir de regarder ce film *\(^^)/* ! Les voix françaises sont très bien aussi (et c’est d’autant plus appréciable quand on sait comment elles sont d’habitude (-_*) !) ! 

-    ATTENTION SPOILERS !!!!     -

174573.jpg

Après, on voit quand même que c’est un film, dans le sens que certaines scènes ne sont là que pour le film, et non par soucis de réalisme. Par exemple, à la fin de son spitch, Josh se tourne vers la classe et demande : « Est-ce que Dieu est mort ? ». Gros silence, suspense (musique de fond !), et puis un gars qu’on a vu se questionner tout au long du film finit par se lever dit : « Dieu n’est pas mort. ». Sauf qu’après, c’est TOUTE LA SALLE QUI SE LEVE pour dire : « Dieu n’est pas mort. » Ces mêmes personnes qui, au début du film, n’ont eu aucuns scrupules à écrire « Dieu est mort » et à le signer (-_-)!! Et à la fin du cours, il n’y a que le mec qui s’est levé en premier qui retourne voir Josh pour lui poser quelques questions ; on n’a vraiment pas l’impression que cette déclaration a changé quelque chose pour les autres !

C’est sûr que c’est plus joli de voir toute une salle se lever pour dire « Dieu n’est pas mort » plutôt que 2 gars seulement (-_-)!!

-   ATTENTION GROS GROS SPOILER !!!!!      -

Et puis pareil, quand le prof Radisson se fait renverser par une voiture et meurt juste après avoir accepté Jésus (je vous avais prévenus !!!!!!!!!), je trouve cette scène SUPER FORCEE !! Je vous rappelle quand même que quelque instants plus tôt il avait déclaré « Je déteste Dieu ; je ne ressens pour Lui que de la haine !!!!! » ! Et là je ne parle pas d’un nouvellement convaincu : cet homme haïssait Dieu depuis des années (en fait pendant pratiquement toute sa vie !). Et on veut nous faire croire que, comme ça, en quelques minutes, il change radicalement au point d’accepter de mettre sa foi en Jésus (-_-) ! Je sais que des gens ont prit cette même décision en quelque instants eux aussi, et qu’ils seront sauvés, mais dans ce cas particulier, je reste très sceptique… (-_-)

images.jpg

Après, ce sont des cas très précis, il y a aussi des scènes que je trouve plus réalistes. Par exemple, Josh ne retrouve pas sa petite amie après avoir pris cette décision. Et le monsieur qui a renversé Radisson (je ne me rappelle plus son nom (-_- ;)), pareil, il avait plusieurs exemples sous les yeux, et il n’a pas changé pour autant. Alors attention, je ne suis pas en train de dire que tout ce qui est triste est réaliste, que nous vivons dans un monde horrible, etc… ; je veux simplement préciser qu’il ne faut pas croire que notre témoignage apportera forcément des résultats immédiatement visibles. Des chrétiens ont parfois témoigné toute leur vie durant, et ce n’est qu’après leur mort qu’on a pu observer les résultats de leur travail. Le jeune homme aurait très bien pu ne pas se lever à l’appel de Josh, par peur des réactions ou de l’opinion des autres, et attendu des années pour enfin prendre sa décision. Enfin bref, vous m’avez compris (-_*)/ !

Pousse de Bambou
8338d6b5dd68c7ac1ca2d3e05a599c76.jpg

Mais bon, assez critiqué le film, parlons enfin de ce qui est réellement le plus important : le message que ce film veut faire passer !

Et je trouve que ce message est TRèS TRèS IMPORTANT !!! On l’a clairement dit au début : Josh avait eu l’occasion de changer de professeur, ou tout simplement de sortir de la salle au début. Et pourtant, il ne l’a pas fait !! Pourquoi ? Parce qu’il ressentait au plus profond de lui que c’était l’occasion de « défendre Dieu ». Retraduit en "langage morale", ça veut tout simplement dire que, dans la vie, vous aurez plusieurs moments où vous entendrez/verrez des gens « attaquer » Dieu et/ou enseigner aux autres à faire de même. Dans ces moments-là, vous aurez deux choix à faire : éviter cette personne, pour ne pas risquer de se faire démonter en public, ou bien au contraire présenter la vérité à ceux qui voient et écoutent. Attention, je ne parle pas de s’exposer inutilement, et je ne parle pas non plus d’essayer de convertir la personne en face. Je parle de témoigner de la vérité, devant cette personne, et surtout devant ceux qui l’écoutent, et qui n’ont parfois jamais entendu ce témoignage. Peut-être que sur le coup, vous aurez l’impression que ça ne sert à rien, que personne n’a l’air de s’intéresser à ce que vous dites. Mais seul Dieu sait l’impact réel qu’a ce témoignage dans le cœur de ceux qui l’entendent.

 

Comme dit dans Marc 4 : 26-27, « Voici à quoi ressemble le Royaume de Dieu. Il est semblable à un homme  qui jette de la semence en terre ; qu’il dorme ou qu’il reste éveillé, nuit et jour, la semence germe et pousse sans qu’il sache comment. »

Notre mission à nous, c’est d’annoncer la bonne nouvelle de L’Evangile à tous. Le résultat de notre témoignage, lui, n’appartient qu’à Dieu : « J’ai planté, Apollos a arrosé, mais c’est Dieu qui a fait grandir. » (1 Corinthiens 3 : 6).

 

Ce film met en avant le témoignage, chaque fois que l’occasion s’y prête, et cette notion ferait bien d’être intégrée dans le cœur de chacun d’entre nous. « Jésus-Christ est vivant !! Et plus encore, il est mon ami et mon sauveur ! » : c’est ce message que nous devrions présenter à tous chaque fois que nous le pouvons…

Pour faire une synthèse rapide de mon roman (^,^ ;), je vous le recommande : de bon moments entre amis en perspective !! (- ,*)/

Patrick

Effectivement, ce film se regarde sans difficulté.  Et c'est un plaisir que de voir cet étudiant affirmer sa foi dans des circonstances défavorables. Une remarque cependant: le film aborde la question du "mal". Dieu est Amour, il a la "toute puissance". Alors comment comprendre  et expliquer le mal, la violence, la mort à un non croyant? Peut-être, lors d'un prochain partage?